From 1 - 10 / 42
  • Service WMS mis en ligne conjointement par les plateformes PPIGE et GéoPicardie sur le territoire de la Région Hauts-de-France.

  • Populations et territoires exposés au(x) dépassement(s) de valeur(s) réglementaire(s) pour l'ozone et les PM2.5 sur les Hauts-de-France pour l'année 2017.

  • Afin de faire connaitre et valoriser le patrimoine arboré existant, il est essentiel d’en faire un inventaire. C’est une première étape incontournable. Ce travail et sa mise à jour sont du ressort des communes (services techniques, espaces verts, urbanisme…), avec l’appui de la CUD. Cette connaissance est également importante pour anticiper le renouvellement et offrir un paysage arboré de qualité aux générations futures. Elle aidera aussi aux choix des essences afin de diversifier les plantations à venir et éviter ainsi la propagation de maladies.

  • Les plans de prévention des risques technologiques (PPRT), créés par la loi du 30 juillet 2003 suite à la catastrophe d’AZF à Toulouse, ont pour objectif, en traitant les situations héritées du passé, d’améliorer et de pérenniser la coexistence de l’activité des sites industriels dits « à hauts risques » avec leurs riverains. Ils ont vocation à assurer la protection des personnes tout en offrant aux sites industriels la possibilité d’investir pour leur avenir sans mettre en cause la sécurité de leur voisinage. Ils sont un outil indispensable au développement des zones industrielles dans des conditions sécuritaires. Les PPRT prévoient, après une réduction préalable du risque à la source (aux frais de l’exploitant du site industriel) :  des mesures « foncières » sur l’urbanisation existante, composées d’expropriations et de droits à délaissement volontaire des biens ;  des mesures « supplémentaires » de réduction du risque à la source proposées par l’exploitant allant au-delà des exigences réglementaires, lorsque leur mise en oeuvre est moins coûteuse que les mesures foncières qu’elles permettent d’éviter ;  des restrictions ou règles sur l’urbanisme futur, sur l’usage des bâtiments futurs, des voies de communication existantes ou futures, des équipements…, ainsi que des restrictions d’usage ou des règles de construction sur les futurs bâtiments édifiés à proximité du site industriel ;  des travaux à mener sur les constructions existantes au voisinage du site industriel, pour en réduire la vulnérabilité, travaux dont le montant ne peut excéder 10% de la valeur vénale du bien. ** Les différents niveaux de risques sont échelonnés comme suit :** **TF+** Très Fort + Effets dont les conséquences sur la vie humaine sont jugées très graves et dont le cumul des classes de probabilité d’occurrence des phénomènes dangereux à ce niveau d’intensité conduisant à ces effets est strictement supérieur à D . **TF** Très Fort Effets dont les conséquences sur la vie humaine sont jugées très graves et dont le cumul des classes de probabilité d’occurrence des phénomènes dangereux à ce niveau d’intensité conduisant à ces effets est compris entre D et 5E. **F+** Fort + Effets dont les conséquences sur la vie humaine sont jugées très graves et dont le cumul des classes de probabilité d’occurrence des phénomènes dangereux à ce niveau d’intensité conduisant à ces effets est strictement inférieur à 5E Ou Effets dont les conséquences sur la vie humaine sont jugées graves et dont le cumul des classes de probabilité d’occurrence des phénomènes dangereux à ce niveau d’intensité conduisant à ces effets est strictement supérieur à D. **F** Fort Effets dont les conséquences sur la vie humaine sont jugées graves et dont le cumul des classes de probabilité d’occurrence des phénomènes dangereux à ce niveau d’intensité conduisant à ces effets est compris entre D et 5E. **M+** Moyen + Effets dont les conséquences sur la vie humaine sont jugées graves et dont le cumul des classes de probabilité d’occurrence des phénomènes dangereux à ce niveau d’intensité conduisant à ces effets est strictement inférieur à 5E Ou Effets dont les conséquences sur la vie humaine sont jugées significatives et dont le cumul des classes de probabilité d’occurrence des phénomènes dangereux à ce niveau d’intensité conduisant à ces effets est strictement supérieur à D. M Moyen Effets dont les conséquences sur la vie humaine sont jugées significatives et dont le cumul des classes de probabilité d’occurrence des phénomènes dangereux à ce niveau d’intensité conduisant à ces effets est compris entre D et 5E. **Fai** Faible Effets dont les conséquences sur la vie humaine sont jugées significatives et dont le cumul des classes de probabilité d’occurrence des phénomènes dangereux à ce niveau d’intensité conduisant à ces effets est strictement inférieur à 5E Ou Soumis potentiellement à un effet dont les conséquences sont des bris de vitres. **Les Aléas Thermiques** Un phénomène thermique est caractérisé par une production de chaleur. Il est dit continu lorsqu’il est d’une durée supérieure à deux minutes et transitoire dans le cas contraire. Pour les phénomènes transitoires, il peut s’agir d’un phénomène de type boule de feu (exemple : libération brutale d’un gaz liquéfié porté à ébullition, suivi d’une inflammation générale immédiate), ou de type feu de nuage (inflammation d’un nuage formé d’un mélange d’air et de gaz combustible, suite à une fuite de gaz combustible par exemple).

  • Localisation des copropriétés à partir des informations reçues de l'ANAH (Observatoire des copropriétés). Cet observatoire ne couvrant pas la totalité des copropriétés (période d'inscription différente selon la taille de la copropriété), cette donnée ne peut pas être exhaustive à ce jour et n'est qu'une extraction réalisée le 22 août 2018.

  • De nombreux sites urbains ayant accueilli par le passé des activités industrielles se retrouvent à l’état de friches polluées. La reconquête de ce foncier contraint est un enjeu majeur de la recomposition des fonctionnalités et des paysages urbains. Elle permet de traiter une situation dégradée d’îlots délaissés qui déstructurent l’espace urbain et de regagner ces espaces qui bénéficient souvent d’une situation géographique propice aux opérations d’aménagement maîtrisé. Les projets d’aménagement représentent environ 70% du marché de la dépollution (études et travaux) et concernent principalement des sites en zone urbaine. Ces sites représentent souvent les particularités suivantes : ils ont accueilli une activité industrielle ou de service ayant cessé son activité de longue date ; les pollutions qui y sont découvertes résultent généralement d’activités industrielles historiques ou d’apports de remblais d’origine et de nature diverses ; dans certains cas, des habitations y ont été implantées. Le respect des exigences de la norme NF X 31-620 portant sur les prestations de services relatives aux sites et sols pollués permet de prendre en compte ces contraintes dans les projets de réhabilitation et d'aménagement de sites pollués. L'Etat met à disposition des données historiques de sites pollués connus (BASIAS) et, à titre préventif ou curatif, recense les sites actuellement en activité et potentiellement pollués (BASOL). Ces bases présentent les inconvénients de n'être ni exhaustives ni suffisamment précises quant à la nature et la localisation des pollutions. La Loi ALUR mettant en oeuvre les Secteurs d'Information des Sols (SIS), la CU Dunkerque a lancé une opération d'identification des sols pour ses projets d'aménagement. Les Sources Potentielles présentent le résultat des enquêtes terrain et recherches historiques sur les sites de projet.

  • Niveaux annuels des polluants dioxyde d’azote NO2 et particules en suspension PM10 issus de la modélisation sur la région Hauts-de-France par année sur les 5 dernières années. Toutes les données fournies sont en μg/m³ (microgramme par mètre cube). Statistiques selon la réglementation en vigueur pour chaque polluant.

  • A partir du 1er septembre 2018, la CU Dunkerque a mis en œuvre un nouveau réseau de transport en commun gratuit, appelé Dk'Bus, dans le cadre d'un projet de transport à haut niveau de service (THNS) Cette couche identifie l'ensemble des points d'arrêt du réseau THNS avec leur situation par rapport à l'ancien réseau de transport (création, déplacement,..)

  • A partir du 1er septembre 2018, la CU Dunkerque a mis en œuvre un nouveau réseau de transport en commun gratuit, appelé Dk'Bus, dans le cadre d'un projet de transport à haut niveau de service (THNS). La couche Ligne reprend le parcours complet d'une ligne de bus entre ses 2 terminus

  • De nombreux sites urbains ayant accueilli par le passé des activités industrielles se retrouvent à l’état de friches polluées. La reconquête de ce foncier contraint est un enjeu majeur de la recomposition des fonctionnalités et des paysages urbains. Elle permet de traiter une situation dégradée d’îlots délaissés qui déstructurent l’espace urbain et de regagner ces espaces qui bénéficient souvent d’une situation géographique propice aux opérations d’aménagement maîtrisé. Les projets d’aménagement représentent environ 70% du marché de la dépollution (études et travaux) et concernent principalement des sites en zone urbaine. Ces sites représentent souvent les particularités suivantes : ils ont accueilli une activité industrielle ou de service ayant cessé son activité de longue date ; les pollutions qui y sont découvertes résultent généralement d’activités industrielles historiques ou d’apports de remblais d’origine et de nature diverses ; dans certains cas, des habitations y ont été implantées. Le respect des exigences de la norme NF X 31-620 portant sur les prestations de services relatives aux sites et sols pollués permet de prendre en compte ces contraintes dans les projets de réhabilitation et d'aménagement de sites pollués. L'Etat met à disposition des données historiques de sites pollués connus (BASIAS) et, à titre préventif ou curatif, recense les sites actuellement en activité et potentiellement pollués (BASOL). Ces bases présentent les inconvénients de n'être ni exhaustives ni suffisamment précises quant à la nature et la localisation des pollutions. La Loi ALUR mettant en oeuvre les Secteurs d'Information des Sols (SIS), la CU Dunkerque a lancé une opération d'identification des sols pour ses projets d'aménagement. Une Source Potentielle et Avérée reprend le résultat des études menées et ayant amené à un constat actuel de pollution en cours.